Un tour dans l’Ouest Américain !

Un tour dans l’Ouest Américain !

Pendant les vacances de Noël, on a rejoint notre fille étudiante à Flagstaff Arizona, et on est partis avec elle pour un grand tour, qui nous a mené sur plus de 4400 km vers quelques uns des plus beaux paysages du monde ! Vous pouvez suivre ici, jour après jour, ce beau voyage.

Après les pyramides Mayas du Yucatán et la chaleur de l’été sous les tropiques, on a trouvé là-bas le froid, la neige, et aussi un peu de chaleur sur la partie sud de notre périple !

Day one : from Phoenix to Alamogordo

Day one : from Phoenix to Alamogordo

Après une longue journée de voyage, 13 heures de vol, 3 heures d’escale à Salt Lake City, nous sommes enfin arrivés à Phoenix. Nous avons retrouvé notre fille 2 heures après notre arrivée, ce qui nous a laissé le temps de récupérer notre petite voiture… Vous verrez la photo de la bête un peu plus bas !

Une courte nuit à Phoenix, levés à 5h45, nous avons pris notre petit déjeuner, et nous avons filé en direction de notre première étape, Alamorgo, et surtout le désert de White Sands, un désert de dunes de gypse blanc comme neige.

Cette première étape est la plus longue de notre périple, un peu plus de 750 km, soit un peu moins de 7 heures de route !

La route entre Phoenix et Alamorgo est très très monotone ! Que des paysages de steppe et de montagnes rases, très peu de végétation, et tout plat ! Imaginez une belle et grande ligne droite de 750 km à la vitesse phénoménale de 110 km/h… C’est long !

En chemin, une petite halte à Tucson et ses beaux cactus.

Une petite ville, ou plutôt gare fantôme, Stein.

Qui dit gare, même abandonnée, dit train… Une ligne de trains de marchandises passe juste à côté, avec des dizaines de wagons.

Le très charmant président Trump a provoqué un Shutdown, bloquant ainsi une très grande partie de l’administration des USA, et surtout en ce qui nous concerne, provoquant la fermeture des sites touristiques placés sous la responsabilité de l’administration fédérale ! Donc, le parc national des White Sands est fermé ! Grosse déception pendant le trajet, jusqu’à finalement un dénouement heureux !

Juste avant d’arriver à l’entrée du parc, nous avons vu une longue file de voitures garées sur le bas côté, et une clôture ensevelie par une dune qui laisse les visiteurs entrer… Nous avons pu accéder aux dunes, et nous balader un long moment pour faire de belles photos ! Nous n’en avons certainement pas vu le plus beau, mais au moins on a pu y accéder !

Le désert de White Sands est situé dans une zone militaire, où sont testés les missiles de l’armée et les fusées de la Nasa. Le parc est ainsi régulièrement fermé pendant les essais.

Nous avons ensuite rejoint notre hôtel, à quelques km de là, dans la petite ville d’Alamorgo. C’est un vrai motel à l’ancienne…

Le monstre qui va nous transporter pendant ce voyage : c’est une Chevrolet Suburban, V8, 452 chevaux, et 2,9 tonnes… Un vrai tableau de bord d’avion, et très confortable ! Heureusement que l’essence coûte ici 45 centimes le litre, parce que ça consomme un peu ces bêtes là !

Demain, nous partons vers Albuquerque, où nous allons passer la nuit !

A demain !

Day two : from Alamogordo to Albuquerque

Day two : from Alamogordo to Albuquerque

On est partis d’Alamogordo vers 7h30, en direction d’Albuquerque. Un peu plus de 300 km, sur des routes toujours assez monotones ! Après Albuquerque, on va changer de types de paysages, et la vue sera plus intéressante !

Albuquerque est une grande ville, avec un centre historique très joli, Old Town. Les constructions traditionnelles de la région sont en adobe, des briques de terre séchées au soleil. Celui-ci nous a d’ailleurs accompagnés toute la journée, et nous avons profité d’un bon 16 degrés !

Old Town est plein de petites ruelles, de petites cours, avec plein de magasins d’art ou de souvenirs.

Nous sommes le 24 décembre, et partout dans les rues, sur les toits des bâtiments, on peut voir des petits sacs en papier, qui contiennent tous une bougie. A la nuit tombée, elles seront toutes allumées. Les vieilles bagnoles américaines sont également de sortie ! L’église San Felipe de Neri est la première église du Nouveau Mexique, et date de 1793.

En attendant la nuit, nous sommes partis en balade en ville. Première étape, un vieux diner sur la mythique route 66, le Diner 66.

La seconde étape est un peu particulière, et va rappeler de bons souvenirs aux fans de la série Breaking Bad, qui se passe intégralement à Albuquerque ! Tout d’abord, la maison de Walter White… Elle a un peu changé, et les propriétaires l’ont entourée d’une barrière pour éviter les fans un peu trop intrusifs !

Nous avons également trouvé le Car Wash dans lequel il travaille au début, et qu’il va acheter pour blanchir son argent…

Une fois la nuit tombée, nous sommes retournés vers Old Village pour découvrir les illuminations de Noël.

Nous sommes retournés manger au Diner 66, encore plus beau de nuit que de jour !

Ici, on le sait, ça ne rigole pas avec l’auto défense… On voit ce type de message dans presque toutes les boutiques !

Demain, nous quittons Albuquerque, et nous partons à Santa Fe, la capitale du Nouveau Mexique, où nous allons rester deux nuits.

A demain !

Day three : from Albuquerque to Santa Fe

Day three : from Albuquerque to Santa Fe

Nous avons quitté ce matin Albuquerque. Quelques étapes au programme avant de rejoindre Santa Fe, la capitale du Nouveau Mexique.

Nous sommes d’abord montés au sommet de Sandia Crest, la montagne qui surplombe Albuquerque. Changement de climat, froid, et neige au programme ! Changement de route aussi. Fini les longues lignes droites, et place aux petites routes de montagne.

La vue est superbe, et on peut voir toute la vallée d’Albuquerque et plus loin ! Altitude 10678 pieds, soit 3254 mètres.

On est ensuite redescendus vers Santa Fe, en empruntant la Turquoise Trail, une petite route qui serpente jusqu’à Santa Fe, en passant par les anciennes mines de Turquoise et de charbon qui sont exploitées ici depuis environ 900 avant JC. C’est surtout pour un arrêt à Madrid que nous l’avons empruntée. C’est une ancienne ville minière qui a été abandonnée quand les mines de charbon se sont épuisées, et qui a été colonisée par des artistes et des hippies. Elle a gardé son aspect de ville fantôme du Far West car les nouveaux habitants ont un peu tout laissé tel quel ! C’est très sympa, même si jour de Noël oblige, presque tous les commerces sont fermés !

Cette petite ville a connu son moment de gloire quand un film y a été tourné : Wild Hogs (bande de sauvages en français), avec entre autres John Travolta ! Le diner où se passe des évènements importants du film existe bel et bien !

Nous avons ensuite continué notre trajet jusqu’à Santa Fe. C’est une belle ville très chic ! Le temps s’est couvert, et la température a pris une petite claque ! Là encore, presque tout est fermé et la ville tourne au ralenti et est un peu triste. Comme à Old Town Albuquerque, tous les bâtiments sont de type adobe. Sauf que là, contrairement à Albuquerque, où seul le petit centre historique est dans ce style, à Santa Fe, quasiment toute la ville est comme ça ! Les bâtiments et les maisons sont très beaux.

L’hôtel La Fonda est le plus vieil hôtel des USA. C’est un palace magnifique, en plein centre historique. A 360 $ la moins chère des chambres, ce n’est pas ici que nous allons passer nos deux nuits…

La cathédrale Saint François d’Assise a été construite sur le modèle de celle de Volvic. Les flèches n’ont jamais été terminées, faute d’argent !

Vue de haut, on se rend compte que la ville est très basse. Contrairement aux grandes villes américaines, pas de Downtown ici, pas de building.

Demain nous passerons notre deuxième jour à Santa Fe. La ville devrait retrouver un rythme plus vivant ! Niveau météo, on risque de voir tomber nos premiers flocons…

A demain !

Day four : snow, and shopping in Santa Fe

Day four : snow, and shopping in Santa Fe

La neige a commencé à tomber peu après le lever du jour, et ça a plus ou moins continué toute la journée. Nous avions de toutes façons prévu pas mal de shopping aujourd’hui, la bonne occasion de rester à l’abri du mauvais temps 😉

Après la séance « mall », un petit tour chez Five Guys, les filles sont allées voir une exposition originale Meow Wolf. C’est une expérience sensorielle et visuelle, dans une maison reconstituée, où toutes les pièces et tous les objets peuvent conduire à des lieux différents, par des passages étranges et bizarres (frigo, machine à laver, cheminée…). Les quelques photos qui suivent peuvent donner une idée du lieu.

A voir également ici : https://santafe.meowwolf.com/

Nus sommes ensuite retournés en centre ville. La neige, c’est pénible sur la route, mais c’est toujours joli à regarder !

La chapelle Loretto date de 1872 et est surtout célèbre pour son « escalier miraculeux ». C’est un escalier en colimaçon, sans pilier central, et sans aucun appui au mur. Personne ne sait exactement comment il tient ! A l’origine, il n’avait pas de rambarde (voir photo).

Nous sommes ensuite allés manger dans un dinner, le Plaza Cafe, qui ne sert que de la nourriture du Nouveau Mexique, très épicée.

Pour terminer la soirée, nous avons fait un tour en ville pour admirer les illuminations de Noël. Il neige encore ce soir au moment où j’écris ces lignes. Demain nous partons pour Durango, avec une escale à Taos.

A demain !

Day five : from Santa Fe to Durango

Day five : from Santa Fe to Durango

Transit aujourd’hui et changement d’état ! Nous quittons le Nouveau Mexique pour entrer au Colorado.

La neige a continué à tomber une partie de la nuit, et au matin, une belle couche nous attendait ! Pas top pour les 450 km à faire… De jolis paysages sur la route, et la rivière sur les photos suivantes est le célèbre Rio Grande ! Le canyon qu’on l’on voit sur les suivantes est le sien. Un peu plus loin sur le trajet, nous allons le traverser…

Notre première étape nous a conduit à Taos, une petite ville à une centaine de km de Santa Fe, qui lui ressemble beaucoup au niveau architectural. Les maisons sont en adobe, et si la ville est toute petite, elle est charmante.

Taos, c’est d’abord le nom d’une tribu indienne. A quelques km de Taos, se trouve Taos Pueblo Taos, un village millénaire, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un lieu sacré, ouvert aux touristes, mais selon certaines règles, en particulier pour les photos.

Un pueblo désigne l’un des 21 villages indiens du sud-ouest américain, qui sont tous au Nouveau Mexique, sauf 1 qui se trouve dans l’état voisin, en Arizona. La plupart de ces pueblos sont interdits, et Taos Pueblo est l’un des seuls qui se visite. Même si le mot pueblo est espagnol, et remonte au 16è siècle, les villages existaient déjà avant l’arrivée des colons. Le mot Pueblo désigne aussi l’habitant Indien du village, et le style d’architecture, des maisons en adobe (un mélange de terre, de paille et d’eau, séchée au soleil). En voyageant dans le sud-ouest américain, c’est le mot adobe qui revient le plus souvent pour parler construction maison. Les indiens pueblos vivent en communauté, contrairement par exemple au Navajos, qui sont des éleveurs vivant éloignés les uns des autres. Dans le village de Taos, qui est toujours habité, les pueblos partagent tout, comme par exemple les fours. C’est un endroit hors du temps. Ni eau courante, ni électricité. Aucun confort moderne. Les Pueblos sont également catholiques : ils combinent les deux religions. On pourrait croire qu’ils auraient laissé tomber le catholicisme, signe majeur de la colonisation espagnole, ils sont devenus vraiment chrétiens de leur plein gré, après la révolte des Pueblos, en 1680, au cours de laquelle les Espagnols ont été chassés des territoires Indiens, pendant 12 ans. Les Espagnols sont finalement revenus, et les missionnaires étaient plus tolérants avec les pratiques rituelles des Indiens. Dans l’église de Taos Pueblo, c’est une statue de Marie qui trône derrière l’autel (et non celle du Christ, plus commune) : la figure féminine allie à la fois l’image catholique de Marie, et celle de la Mère, alias la Terre, dans le culte indien.

Nous avons ensuite repris la route (enneigée !) jusqu’à Durango. Le canyon du Rio Grande est impressionnant.

La route a été longue et nous sommes arrivés tard à Durango. Pas de balade ce soir, nous en profiterons demain matin, avant de partir pour Monument Valley !

A demain !

Day six : from Durango to Monument Valley

Day six : from Durango to Monument Valley

Il a neigé toute la journée, et sur la route entre Durango et Monument Valley on a alterné entre chaussée humide et enneigée…

Ce matin, avant de partir, on a fait un tour dans le très joli centre historique de Durango. On était venu là en 2000, et avions pris le train à vapeur Jusqu’à Silverton, une ancienne ville minière où on exploitait, l’argent (comme son nom l’indique !). Sous la neige, c’est encore très joli, mais rien ne vaut les paysages sous le soleil !

Le Strater Hôtel a été construit en 1887, et c’était le premier hôtel de Durango.

Le train à vapeur qui relie donc Durango à Silverton change de nom en fonction des saisons. En hiver, après Noël, c’est le Polar Express. Vu le climat d’aujourd’hui, il porte bien son nom !

Nous avons ensuite pris la route jusqu’à Monument Valley, pour un trajet d’environ 250 km.

En chemin nous nous sommes arrêtés au Four Corners Monument. Ici, nous sommes à la jonction de 4 états : l’Arizona, l’Utah, le Colorado et le Nouveau Mexique. Le ciel est complètement bouché… Il faut donc faire preuve d’imagination, et se représenter l’endroit en été : Terre rouge, canyons impressionnants… Là c’est moins beau !

La dernière partie du trajet est sensée être la plus belle, au fur et à mesure qu’on approche de Monument Valley. Mais entre la neige et le brouillard, pas facile de voir ces grands rochers rouges qui nous entourent ! Demain, la neige va s’arrêter, et la météo nous promet un beau soleil ! Nous reviendrons donc refaire cette portion de route !

Le Mexican Hat et les Twins Rocks sont à peine visible dans la brume !

Une fois arrivés à Monument Valley, invisible dans la brume, nous nous sommes installés à notre hôtel, le Goulding Lodge. C’est un des plus célèbres hôtel du Southwest.

Le Goulding’s Lodge est surtout un lieu avec une histoire foisonnante. Dans les années 20, Harry Goulding et sa femme Leone (qu’on surnommait « Mike ») sont venus s’installer à Monument Valley. A la recherche de terre, cet éleveur de moutons a profité de la relocalisation des indiens païutes pour acquérir une grande parcelle de terre.  Il y ouvrit un trading post et commença à traiter avec les Navajos (bijoux, tissus contre de la nourriture). Après des années à vivre sous des tentes, les Gouldings ont construit un bâtiment en dur, qui abrite actuellement le musée  .

La Grande Dépression de 1929 a mis à genoux les populations locales. Mais Harry avait une idée. Il avait entendu parler d’une société de production de films qui était à la recherche de lieux de tournage dans le Southwest. Pourquoi ne pas les faire venir ici ? Les Navajos pourraient en profiter et eux aussi.

La légende dit qu’avec leurs derniers dollars, Harry et Mike organisèrent un voyage à Hollywood. Et quand le réalisateur John Ford vit des photos de Monument Valley, il décida d’y tourner son prochain film, « Stagecoach » (la chevauchée fantastique) avec John Wayne. Le début d’une grande histoire. Les films se sont succédés et le Goulding’s Lodge n’a cessé de grandir et de prospérer. Harry et Mike ont vendu l’hôtel en 1962 et ont déménagé en Arizona. En 1981, la famille LaFont a acheté le lodge tandis qu’Harry passait l’arme à gauche. Mike est finalement revenue à Monument Valley pour passer ses dernières années avant de quitter ce monde en 1992. C’est grâce à Harry et Mike Goulding que Monument Valley est devenu un endroit incontournable pour tous les amoureux de l’ouest !

Demain, avec le retour du soleil, nous consacrerons notre journée à cet endroit fabuleux, sans doute celui qu’on préfère !

A demain !

Day seven : Monument Valley and the Valley of the Gods

Day seven : Monument Valley and the Valley of the Gods

Aujourd’hui, journée consacrée à Monument Valley, un des plus beaux endroits du monde, un de nos préférés ! On a passé la journée à s’extasier devant tant de beauté… Attention, ça va mitrailler !

Le matin au réveil, la vue de l’hôtel est super ! Les derniers nuages vont bientôt disparaitre.

Nous sommes entrés au petit matin, le ciel enfin dégagé, et sous un beau soleil. Encore beaucoup de neige au sol, mais sur certaines vues, le contraste entre les roches rouges et la neige est magnifique !

Le site appartient au Navajos. Le tour dans le parc mesure 27 km, et il vaut mieux un bon 4×4 pour les parcourir…

The Three sisters.

La balade dans le site a duré un peu plus de 2h30. Difficile d’avancer quand on s’arrête toutes les 3 minutes pour prendre une photo !

The Thumb, le pouce !

Nous avons ensuite quitté le parc, pour retourner vers des sites devant lesquels nous étions passés hier, mais que nous n’avions pas pu voir en raison du mauvais temps… Première étape, le Mexican Hat. Avec en prime un petit survol du drone.

Pour les fan du film Forest Gump, le Forest Gump Point… Souvenez-vous, il court ici ! L’équipe du film a d’ailleurs dormi dans notre hôtel pour le tournage de ces scènes !

La vrai découverte, c’est la Valley of the Gods. L’endroit est immense, gratuit, et surtout magnifique ! Visiblement très peu connu, nous n’y avons croisé que 4 voitures sur un peu plus de 2 heures de trajet. Au loin sur certaines photos, on distingue Monument Valley.

Après cette belle balade, nous sommes retournés faire la fin de journée à Monument Valley. Changement d’angle du soleil, donc changement de couleurs et de contrastes… On a refait le tour complet, mais beaucoup plus vite !

Coucher de soleil sur Monument Valley.

Et pour finir, photo de nuit étoilée… Ouverture 2.8, 2000 Iso, 30 secondes de pause !

Demain nous quittons Monument Valley, pour Page et le Lake Powel !

A demain !

Day eight : from Monument Valley to Page

Day eight : from Monument Valley to Page

Nous avons quitté Monument Valley au petit matin. Vous n’échapperez donc pas aux dernières photos au lever du soleil…

Nous quittons donc l’Utah, pour l’Arizona !

L’étape est courte, environ 2 heures de route. Nous sommes arrivés à Page, au bord du Lake Powell en fin de matinée.

Source Wikipedia : Le Lake Powell, formé par la construction du Barrage de Glenn Canyon sur le Colorado, est le deuxième plus grand du pays. Il peut atteindre 300 km de long quand il est à son niveau le plus haut et comporte 3136 km de rivages, soit plus que toute la côte ouest du pays (c’est dire si son rivage est découpé). On y compte pas moins de 96 canyons aux rochers ocre et rouges, dont le Dungeon Canyon qui est encore utilisé aujourd’hui par les Navajos qui y descendent leurs troupeaux de moutons afin qu’ils puissent boire l’eau fraîche du lac, des grottes, des ruines indiennes, des îles et des formations rocheuses, dont la plus connue est le Rainbow Bridge Monument.

Le lac Powell a commencé à se remplir en mars 1963. Du fait des besoins en eau en amont et en aval, les sceptiques pensaient qu’il ne se remplirait jamais. Pourtant, en 1980, soit 17 ans plus tard, il était plein.

Pour la petite histoire, c’est ici qu’on été tournés les épisodes originaux de la planète des singes…

En continuant un peu notre route, nous sommes tombés sur un petit chemin en sable, qui nous a emmené pour une jolie balade ! L’occasion aussi de faire quelques petits vols avec le drone. On peut voir que l’environnement est plutôt sec ici !

Plus loin sur le chemin, de beaux rochers. Vue du haut c’est plus beau 😉

Au bout d’un moment, on a été obligés de faire demi tour, le sentier n’était plus praticable pour notre bolide !

On trouve parfois de bien étranges maisons dans le coin !

Demain, nous avons une visite prévue l’après midi, dans un des plus beaux canyons du Lake Powell, l’Antelope Canyon. On croise les doigts pour que le temps soit sec, sinon, pas de visite !

A demain !

Day nine : Antelope Canyon and Horseshoe Bend

Day nine : Antelope Canyon and Horseshoe Bend

Il a neigé cette nuit, et on se retrouve à nouveau sous un ciel gris et beaucoup de neige. Heureusement, il est quand même possible de faire l’excursion que nous avions prévue et attendue depuis très longtemps : Antelope Canyon.

C’est un des plus beaux bijoux des USA, et un des plus beaux sites de l’Arizona ! Il a été découvert en 1931 par une jeune Navajo. Il y a deux parties qui se visitent, le Upper Antelope Canyon et le Lower Antelope Canyon. Le second est plus profond, et il faut utiliser des échelles pour y accéder. Avec la neige d’aujourd’hui, il est fermé.

Le Upper Antelope Canyon mesure un peu plus de 400 mètres de long. C’est un canyon très étroit, creusé par l’eau, où les parois de grès, sculptées et polies par le vent arborent une couleur orange des plus intense. Quand il pleut, il est très dangereux, et se remplit d’eau jusqu’à 6 à 7 mètres de hauteur. En 1997, 11 personnes dont 7 français sont mort à Antelope Canyon à cause d’un flash flood. Désormais, les règles sont très strictes, et dès que la météo annonce de la pluie (en général entre mai et septembre), les deux parties du canyon sont fermées.

Trêve de blabla… Les photos parlent d’elles-mêmes ! Précision, aucune retouche n’a été faite ! Par contre, il y a un paquet de photos, et le choix a été cornélien ! Ça commence par l’entrée, et ça finit logiquement par la sortie…

Certains angles permettent de s’imaginer des formes familières… Place à l’imagination !

L’oeil.

L’homme couché au levé du soleil.

Le requin.

Ça a vraiment été un grand moment et les photos ne permettent pas de se rendre compte de la beauté du lieu…

Dernière étape de la journée, et dernier point à visiter de Page, le Horseshoe Bend. C’est un méandre du fleuve Colorado, le même qui est retenu par le Barrage de Glenn Canyon, et surtout le même qui a creusé le Grand Canyon, où on va aller dans quelques jours !

L’endroit est très beau et surtout très impressionnant !

Demain nous quittons Page pour Flagstaff. Le temps devrait s’améliorer, avec du soleil et plus de neige, mais par contre, on va gagner en altitude, et perdre quelques degrés ! A Flagstaff, il fera entre -7 et -14 degrés demain ;-(

Nous vous souhaitons à tous une très belle année 2019 !

Day ten : from Page to Flagstaff

Day ten : from Page to Flagstaff

Long transit aujourd’hui. On a quitté Page ce matin, et on a fait le choix de rallonger un peu le trajet, pour passer par deux sites qui nous intéressaient : le Painted Desert, qui comme son nom l’indique est un désert très coloré, et le Meteor Crater, qui comme son nom l’indique…

En quittant Page on a suivi un moment le canyon du Colorado.

Mauvais choix à moitié, car nous nous sommes retrouvés sur une route couverte de neige, et le Painted Desert était bien peint, mais en blanc !

Le Meteor Crater par contre est très impressionnant !

C’est un cratère d’impact situé environ 60 km à l’est de Flagstaff, en Arizona. Il est aussi appelé cratère Barringer, en souvenir de l’ingénieur des mines Daniel Moreau Barringer qui acheta le site en 1903. Il appartient d’ailleurs toujours à sa famille. Il avait antérieurement été nommé cratère Canyon Diablo, nom qui est resté celui de la météorite à l’origine du cratère.

Le cratère, en forme de bol, mesure entre 1 200 et 1 400 mètres de diamètre, et sa profondeur est de 190 mètres. Il s’est formé il y a environ 50 000 ans, à la suite de l’impact d’une météorite d’environ 50 mètres de diamètre et d’une masse de 300 000 tonnes. La majeure partie de la météorite s’est vaporisée ou dispersée mais on dispose d’environ 30 tonnes de fragments, principalement composés de fer et de nickel, les composants usuels du fer météorique.

Pour se rendre compte de sa taille, on peut apercevoir au fond du cratère une représentation d’un astronaute à taille humaine. Regardez bien au centre, à droite du rond central, je l’ai entouré d’un rond rouge…

Vous ne voyez pas ? Regardez mieux !

C’est mieux ? Non ? Bon là vous allez le voir…

Le plus gros morceau de la météorite qui a été retrouvé, il pèse plus de 450 kg !

En quittant le site, j’ai sorti le drone pour essayer d’avoir une vue générale du cratère. Altitude de la seconde photo : un peu plus de 100 mètres.

On est ensuite arrivés à Flagstaff, où nous allons rester jusqu’à vendredi chez notre fille. La ville à l’air très sympa, et on vous en montrera plus dans les prochains billets !

Ils ont parfois de drôles de caravanes ici…

Demain, on part vers le Grand Canyon du Colorado…

A demain !

Day eleven : Grand Canyon

Day eleven : Grand Canyon

Aujourd’hui, un petit tour au bord du Grand Canyon du Colorado ! A environ deux heures de routes de Flagstaff, ce site est impressionnant !

Source Wikipedia : Les dimensions du Grand Canyon sont gigantesques, d’où son nom (en anglais, grand ne signifie pas grand, mais à la fois immense, imposant, grandiose et superbe). Il s’étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead, dont 350 km sont situés dans le parc national. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres, avec un maximum de plus de 1 600 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km. Il est possible de remonter jusqu’à environ 1,7 milliard d’années pour décrire l’histoire du Grand Canyon !

Bref, c’est beau, c’est gigantesque, et c’est magnifique ! Un magnifique ciel bleu et un beau soleil nous ont accompagnés toute la journée, avec un froid polaire ! Entre -3 et -5, avec parfois un petit vent juste là pour nous faire bien ressentir le froid…

Là encore, pas mal de photos, c’est tellement beau qu’il est difficile de faire un choix restrictif !

Des Natifs Américains vivent encore dans le Grand Canyon, les Havasupai. On peut voir quelques habitations sur les photos suivantes.

La grand faille que l’on distingue sur la première photo s’appelle Bright Angel Fault, et c’est le résultat d’un tremblement de terre. Le fleuve Colorado n’est pas le seul responsable de ce Canyon gigantesque. La zone a connu de nombreux tremblements de terre, et il y a même plusieurs volcans éteints autour du site.

Le Grand Canyon du Colorado présente logiquement deux rives, la sud et la nord. Nous sommes sur la sud, et il faut parcourir plus de 200 km pour atteindre la nord… Ce sera pour une prochaine fois !

L’écorce des Genévriers (Juniper wood) est très utile pour allumer le feu..

Encore quelques beaux points de vue…

Après la sortie du parc, on continue à longer le Colorado. Cette zone, moins haute, mais tout aussi magnifique s’appelle Little Colorado.

Nous avons fini la journée en balade à Flagstaff. Le centre ville est très joli, avec de belles boutiques encore décorées des illuminations de Noël.

Demain nous partons en balade au sud de Flagstaff, vers la petite ville réputée très belle de Sedona !

A demain !

Day twelve : trip to Sedona and Jerome

Day twelve : trip to Sedona and Jerome

Grand froid ce matin à Flagstaff ! -16 au compteur… On est allés manger dans un des plus vieux Diner de la route 66, le Galaxy Diner. Il date de 1952 et c’est le seul de toute la route 66 à n’avoir jamais fermé.

On a ensuite fait une petit tour sur le campus de North Arizona University, NAU, là où notre fille étudie cette année. Les campus américains sont toujours impressionnants pour nous. Ils sont très grands, et souvent très beaux !

On est ensuite partis en balade vers le sud pour visiter la petite ville de Sedona. La route US89 est magnifique.

A une quarantaine de km de Flagstaff, Sedona est une ville branchée ! Nichée entre de magnifiques montagnes et plusieurs canyons, dont le plus réputé, le Oak Creek Canyon, c’est la capitale américaine du New-Age, et les magasins spirituels, ou de vente de cristaux fleurissent partout, à des tarifs prohibitifs…

Mais le coin est très beau, et a été le décor de nombreux films, comme le célèbre 3h10 pour Yuma en 1957.

Après Sedona, on a filé un peu plus au sud, vers l’ancienne ville fantôme de Jerome. Cette cité minière a été abandonnée quand sa mine de cuivre s’est épuisée et que le cour du minerai s’est effondré. A son apogée, la mine s’étirait sur 130 km de galeries, jusqu’à 35 km de profondeur ! Son propriétaire Eugene Murray Jerome, qui a donné son nom à la ville, était un cousin de la mère de Winston Churchill. Il n’est jamais venu sur place… En 1953, la mine a fermé, et la ville qui avait compté plus de 15000 habitants n’en a gardé que 53. Tous les bâtiments sont restés plus ou moins dans l’état d’origine, et si a population a augmenté aujourd’hui pour compter environ 350 habitants, Jerome a gardé le nom de ville fantôme ! Sur les photos suivantes, vous pouvez voir une des mines de cuivre, et son puit de 1300 mètres !

La ville de Jerome. Les premières photos sont celles d’un ancien hôtel.

Après cette belle journée, où nous sommes passés de -16 à +10 degrés, nous sommes rentrés à Flagstaff pour un petit tour à l’observatoire Lowell, sur les hauteurs de la ville. Flagstaff est une ville « noire », où l’éclairage publique est réduit à sa plus faible lueur. C’est dans cet observatoire que la planète Pluton a été découverte ! Du haut de l’observatoire, on a également une belle vue sur la Flagstaff et sur NAU, reconnaissable à son dôme qui abrite le stade de Football de l’université.

Demain, nous quittons Flagstaff pour notre dernière étape, Phoenix, avant de prendre notre avion samedi…

Mais surtout, nous quittons notre amour de fille, qui reste encore ici quelques mois… Merci à elle pour ce magnifique séjour.

Elle est si formidable et on l’aime si fort !


Day thirteen : from Flagstaff to Phoenix

Day thirteen : from Flagstaff to Phoenix

C’est notre dernier jour ici… Nous avons quitté notre fille d’amour ce matin, et nous sommes partis vers Phoenix, à environ 200 km plus au sud. Sur cette distance, nous avons gagné environ 38 degrés depuis hier ! -16 à Flagstaff jeudi matin, et 22 degrés aujourd’hui à Phoenix !

Un dernier bye bye aux San Francisco Peaks qui surplombent Flagstaff…

En chemin, nous avons fait une halte dans un petit bled appelé Rock Springs, où il semble qu’un café, le Rock Springs Cafe, fabrique les meilleures tartes des USA ! En particulier, la tarte au citron meringuée, qui est celle qu’on préfère ! Impossible donc de ne pas s’arrêter ! D’autant plus que Rock Springs est juste à côté de Black Canyon, où on peut admirer le long d’un trail de magnifiques cactus géants !

La tarte était très bonne, mais pas autant que celles du Loir dans la Théière dans le marais à Paris… (sans chauvinisme !)

Un tour ensuite au Black Canyon Trail pour digérer où on trouve parmi les plus grands cactus de l’ouest Américain. Certains sont à plus de 15 mètres de haut et ont plus de 100 ans !

Après avoir repris la route, un panneau nous a intrigué : Arcosanti, laboratoire urbain et architectural… Au bout d’un chemin de terre, on trouve là une communauté fondée en 1970 par un architecte italien, Paolo Soleri, sur le concept de l’arcologie… L’objectif de Paolo Soleri est de montrer qu’un développement urbain harmonieux peut être compatible avec le respect de l’environnement. Ils ont donc construit ici quelques bâtiments, en espérant s’agrandir, mais cela n’est jamais arrivé. Il reste ici entre 70 et 20 personnes, qui vivent de la fabrication de cloches !

On a ensuite filé vers Phoenix. C’est une très grande ville, moche et sans intérêt ! 6ème ville des USA, c’est juste une succession de quartiers résidentiels et commerciaux, sans charme, et sans centre ville ! Par contre, il y fait toujours beau et chaud ! On l’appelle Sun City ! Nous avons fait un tour à Scottsdale, une ville chic de la banlieue, avec un petit centre historique sympa ! On y a surtout trouvé une Pizzéria Grimaldi ! C’est notre pizzéria préférée de New-York, et nous avons donc notre restaurant pour ce soir 😉

On aura quand même parcouru en 13 jours sur place 2756 miles, ce qui fait un peu plus de 4435 km… Notre bolide consommait entre 9 et 11 litres au 100 km (entre 20 et 24 miles pour 1 gallon). Le prix qu’on a payé pour l’essence varie de 2,89 $ le gallon à 1,74 $ le gallon. 1 gallon, c’est 3,785 litres. Ce qui fait le litre de Super au plus cher à 66 centimes, et au moins cher à 41 centimes le litre !

A bientôt pour de nouvelles aventures ! Notre prochain périple nous ramène en Asie cet été, avec un grand tour en Malaisie et à Singapour !

Vous pourrez nous suivre comme d’habitude ici !

http://www.carnetsdevoyage.net/singapour2019

PS : Mickey et Pluto chez les cactus !