La Ruta Puuc

La Ruta Puuc

Cette route qui part d’Uxmal relie quatre principaux sites Mayas : Kabah, Sayil, Xlapak et Labna.

La plupart de ces villes étaient des vassales d’Uxmal, et étaient reliées entre elles et la capitale Puuc par des Sacbeob, des chemins blancs de pierres empilées.

Certains Sacbeobs, comme celui qui part de Coba, mesuraient plus de 100 km. Ces voies s’élevaient à plus d’un mètre de hauteur du sol pour être à l’abri de la végétation et pouvoir rester praticables en cas de pluie…

Ces Sacbeobs étaient, comme les routes du Yucatan d’aujourd’hui, parfaitement rectilignes ! Les archéologues pensent qu’ils avaient également un rôle astronomique.

Le premier site est donc Kabah, qui signifie « la main qui cisèle ». Ceux qui nous ont lus hier savent que le style Puuc, c’est riche sur le haut des bâtiments, et pauvre en bas, et que la figure du dieu de la pluie, Chaac est partout !

C’est aussi le cas ici, pour un site splendide, et sur lequel nous sommes absolument seuls ! A faire les visites dans le désordre, on a visité hier Uxmal l’après-midi pendant que les touristes étaient soit sur la Ruta Puuc, soit à la piscine. Ce matin, tout le monde est donc à Uxmal, et nous n’avons croisé que 4 personnes sur la Ruta Puuc…

Juché sur une plateforme, le bâtiment principal, le Codz Poop est orné de 260 masques de Chaac, sur 45 mètres de long.

Une pyramide en ruine est à côté.

Le Palais est plus sobre.

Une arche de pierre marque le début d’un Sacbeob.

On reprend ensuite la voiture pour nous rendre à une dizaine de km de là, visiter le site de Sayil. Son nom signifie « le lieu des fourmis ». Il se distingue par un gigantesque palais à trois niveaux. Le reste du site est encore en très mauvais état, et permet de se rendre compte du travail de remise en état réalisé sur les autres sites.

Le reste du site est encore en très mauvais état, et permet de se rendre compte du travail de remise en état réalisé sur les autres sites. Pour atteindre les autres ruines du site, on a marché plus de 10 km !

Un temple de la fécondité.

Quand on commence à voir le panneau « sortie », ça va mieux !

Le troisième site, distant d’environ 8 km est la cité de Xlapak. C’est un tout petit site malgré tout intéressant.

Le chemin est entretenu, mais ici, tout pousse trop vite et il faut slalomer entres les lianes et les arbres.

Le dernier site est donc celui de Labna, où nous avons trouvé un grand palais résidentiel.

Sur un des coins de sa façade, une sculpture de crocodile avec une tête humaine à l’intérieur.

Face au palais, un Sacbeob encore en bon état, qui mène à une arche de pierre magnifique, où débutait un autre Sacbeob…

 

Demain, nous partons vers la côte du Golfe du Mexique, pour visiter le ville de Campeche, dans l’état du même nom.

A demain !


One thought on “La Ruta Puuc

  1. Mon petit Denis, je pense qu’il est temps pour toi de lâcher l’éducation nationale et ses salaires de misère et d’ouvrir une agence de voyages.
    Je me posais la question de savoir si tu avais accumulé toutes ces connaissances en amont du voyage ou si tu faisais des recherches au fur et à mesure pour agrémenter tes textes…
    Suivre vos aventures et lire vos comptes rendus c’est un super enrichissement..
    100% plaisir…
    Bizzz à vous deux et gaffe aux jaguars sur les petits chemins forestiers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *