Les temples d’Angkor

Les temples d’Angkor

Ca y est, nous y sommes !

Le complexe monumental d’Angkor compte plusieurs sites, dont le plus connu, Angkor Vat (ou Watt) est le mieux préservé. Construit sous le règne du roi Suryavarman II au début du XIIème siècle, il est consacré à Vishnou. On ne connait pas son nom d’origine, aucune stèle le portant n’a été encore retrouvée. Les temples Khmers de cette période sont d’ordinaire construits autour d’une stèle de fondation qui indique le nom de l’édifice. Celle-ci n’a toujours pas été découverte, ou a été détruite par le temps. Depuis sa construction, Angkor Vat est toujours resté un site religieux entretenu, ce qui explique sa longévité exceptionnelle et son état de conservation. Il combine les deux styles de l’architecture Khmer, le temple montagne et le temple à galeries. Il est ainsi construit à l’intérieur d’une douve artificielle de plus de 5 km de long, et d’un mur externe de 3,6 km. Il comporte 3 galeries rectangulaires construites les unes à l’intérieur des autres, et au centre se dressent des tours en quinconce. Il est orné de milliers de bas-reliefs magnifiques.

Angkor Vat est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1992, et a été considéré en péril jusqu’en 2004. Depuis cette période, de gigantesques travaux de restauration financés par l’UNESCO et les aides financières de nombreux pays lui ont redonné son éclat.

Beaucoup, beaucoup de photos ce soir…

Après cette visite, nous avons filé vers d’autres sites du complexe d’Angkor. Nous avons beaucoup de chance dans cette période post COVID (quoique le mot post est bien usurpé dans la situation sanitaire mondiale !), de très nombreux touristes, dont les chinois, adeptes du tourisme de masse ne sont pas là ! Nous sommes également à la mauvaise saison, et le tourisme est au ralenti ! Nous avons donc pu visiter tous ces sites sans trop de monde, même pour certains presque seuls, alors qu’il paraît qu’à la haute saison, c’est l’autoroute des vacances ici !

Après Angkor Vat donc, nous avons pris un Tuk-Tuk local, qu’on appelle un Remork, composé d’une carriole tirée par une petite moto. Notre chauffeur nous a conduits vers les sites que nous souhaitions voir aujourd’hui.

On a passé la magnifique porte sud qui mène à la cité de Angkor Thom, cité royale construite sous le roi Jayavarman VII à la fin du XIIème siècle. Cette cité à la forme d’un carré de plus de 3 km de côté, protégé par une muraille de 8 mètres de haut. Quatre portes permettent d’y pénétrer, gardées chacune par 54 géants, des Yaksas, qui tiennent le Nâga, le Serpent fabuleux dans leurs bras. La porte sud est la mieux préservée de toutes.

Angkor Thom veut dire Grande Cité en Khmer.

La cité d’Angkor Thom compte un temple montagne, le Bayon, connu pour ses grandes tours aux visages souriants. Il ne reste aujourd’hui que 37 de ses 54 tours d’origine. Elles portent toutes 4 visages tournés vers chacun des points cardinaux. Ce temple est magnifique !

Face au Bayon, on a pris un petit chemin de terre pour arriver à une autre porte, celle de l’est, appelée la Porte des Morts. Chaque pilier de la porte est orné de monumentales têtes d’éléphants.

On est ensuite passé à côté de différents monuments, pour arriver à un autre temple, le Chau Say Tevoda.

On a ensuite quitté Angkor Thom pour arriver au clou du spectacle, le temple de Ta Prohm, appelé aussi par les cinéphiles Temple de Lara Croft. C’est ici que des scènes du film avec Angelina Jolie ont été tournées. Il est aussi célèbre pour ses immenses Fromagers, qui maintiennent dans leurs gigantesques racines les pierres de ce temple.

A la différence des autre temple d’Angkor, ce temple a volontairement été laissé dans un état proche de celui de sa redécouverte au début du XXème siècle. Des travaux de conservation sont réalisés régulièrement, de consolidation aussi, mais les racines ont été laissées en place.

Une stèle indique que 12 640 personnes servaient dans ce temple, dont 615 danseuses. Elle explique également qu’il fallait 66 000 fermiers pour produire les 2500 tonnes de riz par an nécessaires à l’alimentation de tout ce petit monde !

A la sortie du temple, un Ebenacae, ébène en français, de la variété avec laquelle on fabriquait autrefois les touches noires des pianos. Son bois est totalement noir et extrêmement dur.

Nous avons fini la journée après cette visite, et sommes repartis vers l’hôtel pour trier les photos et faire un bon break !

Le site d’Angkor compte encore beaucoup de vestiges à visiter. Nous avons pris un pass pour 3 jours, qui coûte 64 dollars par personnes.

Demain, nous partirons sans doute vers le nord de Siem Reap à la découverte d’autres trésors du Cambodge !

A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.