La Cité antique de Polonnaruwa

La Cité antique de Polonnaruwa

Nous partons ce matin en visite de la seconde grande capitale du Sri Lanka, après Arunadhapura.

La ville a été fondée par les Cholas, venus d’Inde. Ce sont eux qui ont vaincu le roi d’Anuradhapura, et ont ensuite détruit sa cité. Les Cholas ne sont pas restés là longtemps, ils ont été chassés rapidement par le roi Vihaya Bahu Ier (1055-1110). Mais le nom de la cité est, à juste titre, plutôt associé Parakrama Bahu (1153-1196) et à son successeur, Nissamka Malla (1187-1196), qui en firent une merveille architecturale.

Les ruines sont plus récentes, et donc en bien meilleur état que celles de la première capitale. La ville a été oubliée sous la jungle pendant près de 700 ans avant d’être redécouverte et nettoyée par les britanniques au début du XXème siècle.

La visite commence par la citadelle et le palais royal. Ce palais, bâti par Parakrama Bahu comptait 7 étages et 1000 pièces, reposant sur plusieurs centaines de piliers peints, rayonnants de motifs de fleur et de plantes grimpantes. Il fût détruit par un incendie, seuls deux étages de cette magnifique demeure ont échappé au flammes. Tout autour, les maisons des serviteurs.

La salle du Conseil et un grand bassin tout proche.

La reconstitution du palais royal présentée au musée.

Le site suivant est appelé le quadrilatère sacré. Il est situé à l’extérieur des remparts de la citadelle. Il est composé de plusieurs bâtiments.

Le Vatadage, appelé aussi chambres des reliques. c’est l’un des plus anciens édifices de Polonnaruwa. Bien qu’il porte une inscription mentionnant le nom de Nissamka Malla, on attribue la construction à Parakrama Bahu. Son successeur se serait contenté de le restaurer et de l’embellir.

Ce vatadage, se dresse sur une plateforme circulaire à deux niveaux, quatre escaliers situés aux points cardinaux conduisaient à quatre portes, aujourd’hui disparues, qui ouvraient sur la rotonde du dagoba, décoré de quatre Bouddhas assis dans l’attitude de la méditation.

Une toiture conique reposait sur les deux rangées de piliers et sur les murs circulaires.

Là encore, le musée nous permet de voir à quoi ce magnifique ouvrage ressemblait.

A côté, le Hatadage, connu comme le premier temple de la Relique de la Dent de Bouddha de Polonnaruwa, il fût construit sous Vijaya Bahu Ier (1055-1110). Les 54 piliers provenant, pour la plupart, de monuments d’Anurahdapura, soutenaient un édifice de bois de plusieurs étages. Au centre se dresse un Bouddha aux bras cassés.

A côté encore, le Gal Pota, ou livre de pierre. Ce morceau de roche gravé pèse 25 tonnes, mesure 9 m sur 4,5 m et relate les exploits du roi Malla face aux armées Indiennes.

La salle du Chapitre et ses colonnes torsadées.

Thuparama. Cette “maison de l’image” en cours de restauration, est la plus ancienne construction voutée. L’édifice en brique sur une assise en pierre, était recouvert d’un décor en stuc. De style hindou, les murs sont si épais (1,30m) qu’un escalier y est creusé. Plusieurs Bouddhas du XIIème siècle sont à l’intérieur.

Plus loin sur le site, un petit bassin, le Lotus Pond, qui tient son nom de sa forme.

Le plus bel édifice du site, impressionnant et magnifique, le monastère de Jevatana. Aussi appelé Tivanka, qui veut dire trois fois incliné, en raison de la courbure de l’immense statue de Bouddha à l’intérieur. Il est célèbre pour ses peintures du XIIème siècle, et la bonne conservation d’une partie de ses façades.

Sur le chemin, de belles petites biches ont accepté de poser quelques secondes pour nos photos !

Kalu Gal Vihara : quatre statues taillées dans une paroi de granit.

La première statue (5 m de haut représente un Bouddha auréolé en méditation sur un trône dans une attitude sereine, le deuxième taillé dans une cavité protégée par un grillage, le troisième debout et le quatrième le plus impressionnant un Bouddha couché (14 m de long) le visage empreint d’une d’une grande sérénité soudaine.

Rankot Vihara. Construit par Nissam Kamala, le plus grand dagoba de Polonnaruwa dresse sur plus près de 60m sa flèche, jadis couverte d’or.

Un petit temple de Vishnou.

Les singes, toujours dans le coin. Ce petit là ne doit pas avoir plus de quelques jours.

A l’extérieur du site, proche du grand réservoir creusé par le roi Parakrama, et qui permet encore aujourd’hui d’alimenter en haut la ville de Polonnaruwa, se dresse une statue, taillée à même le roc en haut relief sur 4 m de hauteur. Elle représenterait le roi tenant un joug ou un manuscrit.

Tout près, Potgul Vihara, la bibliothèque du monastère. C’est un bâtiment rond, où l’on conservait les livres saints.

Un petit lézard en ballade !

A deux kilomètres de là, les quartiers d’un autre roi, le roi Malla. Il ne reste presque plus rien de son palais, mais il subsiste la salle du conseil, où trône un magnifique lion. Il reste aussi quelques magnifiques bas-reliefs.

En fin de visite, les macaques ont su profiter d’une mare créée par les pluies d’hier, et s’en sont donné à cœur joie !

Demain, nous partons un peu avant l’aube, vers Sigiriya, le rocher au lion. C’est environ à une heure de route, et l’idée est d’avoir un panorama magnifique au lever du soleil.

A demain !