Angkor vu du ciel

Angkor vu du ciel

Petite journée aujourd’hui. On est partis ce matin pour visiter le dernier temple que nous voulions voir, et faire un tour en ballon captif aux abords d’Angkor Vat. On s’est présentés deux ou trois fois avant de pouvoir monter, à chaque fois le vent se levait et était trop fort pour faire voler le ballon… La troisième fois a été la bonne, et on n’a pas regretté la balade. De la haut, on a une vue d’ensemble sur Angkor Vat et la région qui entoure Siem Reap. On ne voit aucun autre temple, la jungle est trop dense et ils sont bien cachés !

Entre chaque visite auprès des aérostiers, on en a profité pour faire les visites qui nous restaient. On a donc commencé par le temple Phnom Bakheng, quia la particularité d’être construit au sommet d’une grande colline. Ici tout est plat, et c’est la seule du coin ! Le temple en lui-même n’est pas exceptionnel, mais la vue est sympa, et on a pu apercevoir Angkor Vat de là haut aussi. Ce temple est en plein chantier de rénovation. 4 gigantesques escaliers montent au temple, mais ils ne sont pas rénovés et donc impraticables. On a emprunté un long chemin pour accéder au sommet. On distingue aussi les grands réservoirs qui parsèment le complexe d’Angkor.

On a donc ensuite retenté l’expérience ballon sans succès. Heureusement les sites que nous avons visités sont très proches les uns des autres… On a donc filé vers le dernier grand temple que nous voulions voir, le temple Preah Khan.

Son nom signifie épée sacrée. Ce temple est plat, et composé de 4 galeries principales de 800 mètres chacune. Son centre est symbolisé par une stuppa (sorte de reliquaire qui peut contenir des reliques corporelles de Bouddha ou d’un de ses disciples). Preah Khan a été construit après Angkor Vat mais avant Ankor Thom, la cité royale.

Trois des quatre galeries enchainent des portes qui ont la particularité d’être de plus en plus basse au fur et à mesure qu’on s’éloigne du centre, pour forcer les hommes à se courber. Seules la quatrième, réservée au roi à des portes de même hauteur.

Deux petites salles de prières royales subsistent (la seconde est partiellement effondrée), qui étaient réservées aux deux épouses successives du roi, deux sœurs. Il avait épousé en premier la plus jeune, et à sa mort, sa sœur ainée.

Les sculptures des deux reines étaient ornées de pierres précieuses, qui ont été volées il y a plusieurs siècles… On voit encore la trace de leurs emplacements. Les deux premières photos sont celles de la seconde épouse.

Une salle de danse, ornées de très belles gravures explicites sur l’usage du lieu sur les frontons.

A l’extérieur, mais toujours dans l’enceinte du temple, à côté d’un petit bassin, un très rare monument à deux niveaux, de style Romain, très bien conservé, la bibliothèque.

Et toujours de très belles gravures et sculptures un peu partout, comme ces deux gardes, le bon, et le mauvais, celui avec l’épée, qui ornent également l’entrée du site.

Après cette belle visite, on est donc repartis vers le ballon, et la dernière tentative a été la bonne ! Il monte à 120 mètres d’altitude et reste là quelques minutes, le temps d’admirer le paysage. Le prix est raisonnable, 15 dollars par personne, pour une vue inoubliable ! Ca bougeait un peu là haut, mais rien de terrible non plus, une fois que le vertige passe…

Angkor Vat se dévoile petit à petit en fonction de la montée du ballon.

On distingue la ville de Siem Reap, avec au loin une petite montagne derrière la quelle se trouve le Tonle Sap, le plus grand lac d’eau douce du sud-est asiatique.

La petite colline sur laquelle nous sommes montés plus tôt et où se trouve le temple Phnom Bakheng.

Et pour finir, une dernière petite série d’Angkor Vat. Je sais, ça fait beaucoup, mais il est si beau, que c’est dur de choisir ! Et c’est sans doute la dernière fois que nous le verrons…

Demain sera notre dernier jour à Siem Reap, avant de partir pour Battambang. Nous allons en excursion au bord du lac Tonle Sap, voir un village de pêcheurs sur pilotis.

Ce soir après mangé, on a essayé une spécialité locale original, la Ice Cream Roll. C’est une lace préparée d’une manière pour le moins originale ! Plutôt pas mal !

Le résultat final :

A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.