Kampong Phluk sur le Tonle Sap

Kampong Phluk sur le Tonle Sap

On a quitté les temples aujourd’hui, pour une journée lacustre ! On a pris la route pour une heure de trajet vers l’ouest, direction le Tonle Sap, le plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud-Est, et réservoir unique de diversité écologique. Ce lac est vital pour le Cambodge, des centaines de milliers d’habitants en vivent directement.

Il est relié au Mékong, avec un régime d’écoulement alternatif presque unique au monde. A la saison sèche, de novembre à mai, l’eau s’écoule du lac vers le Mékong, et à la saison humide, de juin à novembre, l’eau s’écoule dans l’autre sens. Le lac sert donc d’une sorte de soupape de sécurité en absorbant le trop plein d’eau du Mékong pour éviter des crues trop importantes. Ce changement de sens s’appelle le retournement des eaux, et est fêté en novembre au Cambodge pour célébrer la fin de la saison humide.

On est arrivés le plus loin que l’on pouvait en voiture, à quelques km de Kampong Phluk, avant de prendre un bateau pour visiter la ville sur pilotis.

Kampong Phluk est un village de pêcheurs au bord du lac, avec des maisons perchées entre 6 et 8 mètres du sol pour éviter aux habitants d’avoir les pieds dans l’eau à la saison humide. C’est impressionnant de voir à quel point l’eau peut monter ici quand la mousson s’installe. On en a quelques aperçus quand il pleut, parce que ça tombe vraiment très fort, mais ça reste difficile à imaginer ! Certaines années, cette hauteur ne suffit pas et les maisons sont inondées ! Ce village s’est ouvert au tourisme il y a une dizaine d’années, et la visite vaut vraiment le coup, même si on se sent un peu piégés ici. Tout se monnaie assez cher, et la simple balade en bateau pour arriver au village et faire un petit tour sur le lac se paye 20 dollars par personne. Après il faut reconnaître que les habitants du coin sont très pauvres, et c’est aussi le jeu de les financer avec les devises des nombreux touristes qui viennent là.

Et là encore, la période est très propice pour nous ! Il n’y a personne, et nous étions au maximum une dizaines de touristes aujourd’hui à visiter la ville. On a pu profiter du bateau pour nous seuls, alors que quand on voit le nombre de bateaux disponibles, on imagine qu’en période avant le COVID, et surtout avec les chinois, la visite devait avoir une autre ambiance ! C’est la bonne période pour nous !

On a fait un arrêt dans le village où nous avons été attirés par des femmes prêtes à nous vendre tout ce qu’elles pouvaient : boissons, gâteaux, bibelots, cahiers et crayons d’écoliers ! Pour cause, l’école du village est juste là, et on pu la visiter et discuter avec les enseignantes et les enfants. Très sympa !

Le village a une rue qui le traverse surélevée par rapport à la rivière. Elle est inondée en période humide. Les habitants sont très accueillants, et les enfants nous font toujours des coucous.

On a ensuite repris le bateau pour nous enfoncer un peu plus sur la rivière en direction du lac. Pour les Cambodgiens, il n’y a pas de différence entre le lac et la rivière, tout ici s’appelle le Tonle Sap. Ils vivent sur et avec la rivière, s’y lavent et s’y baignent. Une jolie petite fille, toute droit sortie des images du livre de la jungle nous a charmés…

Notre bateau nous a alors déposés sur une barge pour prendre une petite pirogue maniée par une femme âgée, qui nous a fait faire un tour dans la forêt inondée. Calme et sérénité, dans un endroit très beau et un peu hors du temps. Là encore, un peu piège à touristes, mais très beau piège, dans lequel on accepte de se laisser prendre 🙂

Quelques petits crocodiles baignaient là faussement tranquilles ! Il n’y en a plus dans le lac, mais il y a plusieurs élevages sur le Tonle Sap !

Après quelques minutes de navigation, on est arrivés sur le Tonle Sap. Vaste en effet ! Des pécheurs de crevettes, une ferme d’élevage de crocodiles, et de l’eau, beaucoup d’eau !

On a ensuite refait le chemin en sens inverse pour retourner à la voiture. Dernière occasion de revoir ces surprenantes maisons sur pilotis !

On a eu une superbe journée aujourd’hui, et les nuages menaçants qu’on voit au loin ne nous ont rattrapés que ce soir, où on a eu une très grosse averse. Il pleut toujours au moment où j’écris ces lignes, mais bien moins. Les grenouilles sont de sorties, et leur cri est surprenant ! On a pensé un moment que c’était des vaches qui meuglaient, mais il s’agit en fait de petites grenouilles.

C’était notre dernier jour à Siem Reap. Demain on part pour Battambang où nous allons rester deux nuits. Transfert en minibus, pour environ 3 heures de route !

A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.