Bamboo Train et Batcave

Bamboo Train et Batcave

On a passé la journée dans la campagne de Battambang aujourd’hui. On avait réservé notre Tuk-tuk, plus exactement notre Remork pour la journée, avec un chauffeur sympa, parlant un peu le français. On a quitté l’hôtel vers 9h30, pour traverser la ville et partir vers plusieurs sites un peu tout autour de la ville. On a fait pas mal de route, mais c’était sympa. Le temps était beau, un peu couvert, donc moins chaud !

Premier arrêt, le palais du gouverneur de la province, érigé par le dernier gouverneur Siam de la région, qui avait choisi des architectes italiens pour le construire. Il a été fini en 1907, soit juste après que la France se soit installée ici ! Ce gouverneur Siam n’y a donc jamais vécu…

On est ensuite passés devant Ta Dumbong Kro Aung, la statue de l’homme noir, qui marque l’entrée de la ville, et symbolise son histoire. Une sombre histoire de bâton sacré perdu puis retrouvé… Battambang veut dire bâton perdu.

Dès que l’on quitte la ville, on se retrouve en pleine campagne, et l’atmosphère change. Les gens sont plus souriants, et beaucoup moins de trafic sur les petites routes. La première photo, c’est un cactus qui porte les fruits du dragon.

Notre chauffeur nous a ensuite déposés devant un temple Bouddhiste, Chinois et Cambodgien. C’est pour la partie chinoise qu’on peut voir des tombes, les Cambodgiens ne pratiquent que la crémation.

On a repris la route en direction de la première attraction locale, le Bamboo Train ! Les villageois ont repris de vieilles voies ferrées, et ont adapté dessus des draisines. Elles servaient au départ au transport de marchandises, mais maintenant, ce sont les touristes qu’elles baladent ! C’est sympa, rapide, on passe au milieu des rizières, et pas si tape-cul que ça ! Une seule voie, ce qui veut dire que quand on se croise ou qu’on doit changer de sens, on démonte la draisine et on la replace au bon endroit…

Après cette montagne russe sans looping, on a repris la route vers le Temple de Banan Hill, perché sur une colline. Entre les deux, une belle colonie de chauves-souris géante, des garçons qui pêchent à la main de combattants, ces petits poissons qui s’affrontent dès qu’ils se voient, et des écolières à vélo…

Le temple de Banan Hill est posé au sommet d’une colline, et après une montée difficile de près de 400 marches, on découvre un petit temple, assez en ruine, mais très joli. C’est surtout lui qui a servi de modèle à Angkor Vat, une tour centrale entourée de quatre autres. Il a été construit au XIème siècle, avant les temples d’Angkor. Les réservoirs d’eau ont été creusés par l’extraction des pierres qui ont servies à l’édification du temple.

Nous avons ensuite pris la direction de notre dernier site, Phnom Sampov, site historique perché sur une montagne surnommée montagne bateau, en raison de sa forme. A son sommet se trouvent un temple et une pagode qui offrent une belle vue sur la région et les rizières. Mais cette montagne est creusées de grottes naturelles et de gouffres, qui ont été le théâtre des exactions du régime des Khmers Rouges de Pol Pot. Ici ont été tués près de 10 000 personnes, qui étaient le plus souvent jetées vivantes dans les gouffres ou abattues d’une balle dans la tête. C’est un lieu de mémoire important pour les habitants de Battambang. L’endroit est envahi par les singes, assez agressifs !

Au pied de la montagne se trouve un gouffre, près de sculptures géantes de Bouddha, où vivent près de 10 millions de chauves-souris. Juste avant la tombée de la nuit, elles sortent toutes se nourrir. Ce spectacle impressionnant dure environ 2 heures le temps qu’elles soient toutes dehors. Elles partent ensuite dans toute la région, par petits groupes.

On a fini la journée avec le coucher de soleil sur les rizières…

Notre chauffeur du jour, très sympa et instructif. Au cas où vous passez dans le coin, n’hésitez pas à le contacter par WhatsApp !

On quitte Battambang demain, et on a décidé de sauter l’étape Pursat, qui n’a d’après ce que tout le monde nous dit ici, aucun intérêt ! On file donc en train demain après-midi vers Phnom Penh. Filer est un peu excessif, le train roule entre 30 et 40 km/h, et il va nous falloir plus de 7 heures pour faire le trajet…

A demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.